L’histoire

La première demeure des propriétaires héréditaires du site de Tarnowice fut probablement, mais il est impossible de prouver du point de vue archéologique, un enclos conique et fortifié localisé à Stare Tarnowice. On ignore jusqu’à quand a-t-il servi, ce qui est par contre sûr c’est que certains propriétaires héréditaires, cumulant les biens de Tarnowice avec ceux de Repty, vivaient à l’époque à Repty.

La situation changea au milieu du XVème siècle, quand Repty et Tarnowice deviennent les propriétés de la lignée de Wrochem, venus des territoires de la principauté de Bytom. La généalogie confirmée de la lignée commence entre le XVème et le XVIème siècle, avec Kasper Wrochem, cousin de Piotr Wrochem, le bâtisseur du Château de Tarnowice.

La famille Wrochem jouissait des bénéfices de l’activité minière de la région, si bien qu’elle est devenue une famille riche et importante. C’est à l’initiative de Piotr Wrochem, que dans les années 1520 – 1570 fut bâti un château dans le style de la renaissance. Préservé jusqu’aujourd’hui il constitue l’un des plus anciens et plus précieux site de la région de Silésie.

Originalement le Château était une bâtisse à trois ailes avec une cour ouverte donnant sur le nord et une tour à l’angle sud-est. Le château est resté la demeure de Piotr Wrochem et de sa famille jusqu’au début du XVIIème siècle, quand la famille a quitté Tarnowice Stare après avoir vendu ses biens, y compris la demeure de Tarnowice, à Baltazar Ohm Januszewski, qui s’était approprié les biens des moines cisterciens de Opatowice et Pniów. Comme les anciens propriétaires héréditaires des biens de Tarnowice, aussi bien Balcer Ohm que ses descendants entaient entourés de respect, et malgré leurs nombreux vices, possédaient d’importants titres. Balcer Ohm était le staroste foncier de Bytom dans les années 1634 – 1643. Il fut assassiné le 7 octobre 1643 lors de la mise à sac de la ville de Bytom par l’armée suédoise. On raconte jusqu’aujourd’hui des histoires populaires sur le fantôme du défunt staroste Balcer rodant à minuit dans les couloirs du château, comme sur les spectres des soldats suédois gardant un trésor enfoui au château et faisant ainsi leur pénitence pour le mal qu’ils avaient fait. Plus tôt, en 1630, Balcer Ohm acheta de Barbara Szamberg Meysingere la mairie de Tarnowice. Après sa mort tragique en a hérité Pawel, puis Waclaw, et en 1664 sa fille Anna Felicjana Ohm.

Grâce au mariage de Anna Felicja avec l’héritier de Rept (elle était déjà la femme de Kasper Hunter en juin 1669), après quelques années les biens de Tarnowice passèrent aux mains de Kasper Hunter de Grandon. C’était un noble écossais dont les titres de noblesse avaient été reconnus en Tchéquie le 30 avril 1664. Après son arrivée en Haute Silésie, le 31 octobre 1666, Kasper Hunter von Grandon acheta Siemianowice, Opatowice, Stare Tarnowice et une partie de Rept. Ses biens étaient constitués également de Szałsza et Czekanów près de Gliwice ainsi que de Bytków et de Dąbrówka Mała. Il occupa également en 1675 la fonction de percepteur d’impôts des terres de Bytom, ce qui lui apporta une grande splendeur et des bénéfices. En 1704 il remplissait la fonction de iudex terrestris juge local, et celle d’intendant – staroste de Bytom. Kasper Hunter von Grandon mourut probablement en septembre 1704, et les biens qu’il laissa furent administrés par sa femme, Anna Felicjana von Hunter, du sang des Ohm.

Kasper et Anna Felicjana avaient trois fils: Bogusław, Karol Wacław, Kasper Le Jeune et une fille prénommée Ewa Elżbieta. Bogusław hérita de Bytków et de Dąbrówka Mała, Karol Wacław de Repty et Kasper Le Jeune de Szałsza près de Gliwice et de Czekanów. Ewa Elżbieta devint la femme de Jerzy Leopold Skroński, propriétaire de Budzowa près de Gorzów Śląski.

En 1700 Jerzy Güsnar racheta une partie de la propriété à la famille Ohm Januszewscy, alors qu’en 1721 Anna Felicjana revendait la partie restante de Tarnowice et Opatowice à Ewa Elżbieta aux armoiries de Tarczała. Depuis ce temps là la ville de Tarnowice fut divisée entre deux propriétaires. Une partie appartenant à Jerzy Güsnar, et l’autre à la famille Skrońscy.

Dans les années 1726 – 1732 une partie de Tarnowice avec son Château appartenait à la famille Löwenkron, qui gardait également sous son patronage l’église de St. Martin. Finalement en 1726 les biens furent achetés par Marcin de Löwenkron, qui mourut en 1731.

Une année après la mort de Marcin de Löwenkron son fils Tomasz, le 28 novembre 1732 revendit les biens de Tarnowice et de Opatów à Jerzy Józef Güsnar. Certaines sources rapportent qu’il était dans les années 1700 – 1741 propriétaire d’une partie de Tarnowice. Le rachat des biens était en effet possible du fait d’un accord de mariage passé en 1729 avec Anna de Löwenkron. A la mort de Jerzy Józef Güsnar l’hérité de ses biens devint Franciszek Güsnar. En 1766 survient un nouveau changement des propriétaires de Tarnowice et des terres appartenant au domaine. La propriétaire des biens devint Elżbieta de Jangred, qui mourut le 6 avril 1768, puis ils furent administrés par son mari, qui mourut à son tour le 20 septembre 1775.

Les armoiries de Jeannaret les armoiries de Koschutzki

En 1780 le domaine fut acheté par Krzysztof Fryderyk Koschutzki, propriétaire déjà de nombreuses terres de la région. Quelques années plus tard, en 1783, dans la ville de Brzeg apparait un ouvrage volumineux intitulé „Schlesische Provinzialblatter”, écrit par Albert Ziemmerman, dans lequel au tome II se trouve une courte caractéristique de Tarnowice Stare de l’année 1780:

„Stare Tarnowice, relevant de monseigneur Koschutzki, possède deux métairies, une église catholique, 15 serfs, 16 villageois, 2 huissiers et 197 habitants.

Un peu plus tard les biens de Tarnowice passent aux mains de Karol Erdman Larysz, qui y exerça son pouvoir entre 1784 et 1787. C’était un représentant de la vielle noblesse chevalière, depuis des siècles habitant la Haute Silésie. Entre 1787 et 1791 les biens de Tarnowice avaient appartenu à Jan Daniel Neugebauer, qui les avait cependant vendus à Jan Bogumil Büttner, propriétaire terrien de la région de Tarnowskie Góry. En 1822 le château et les biens de Tarnowice Stare passèrent aux mains de la famille des comptes von Donnersmarck grâce à Karol Łazarz Henkel von Donnersmarck. Sous son règne on réalisa un nombre important d’adaptations et d’importation de machines modernes d’Angleterre, ce qui contribua au développement rapide du domaine, apportant des bénéfices toujours plus important. Le successeur de Karol Łazarz fut en 1854 Guido compte Henckel von Donnersmarck, qui des biens de Repta et de Tarnowice constitua un domaine fidéicommis familial. Très probablement du temps du règne de la famille Henckel von Donnersmarck, sur la basse-cour près de la partie fut construit un grenier royal en maçonnerie ainsi qu’une étable et une grange à foin. Le Château et les biens de Tarnowice appartenaient à la famille jusqu’à 1945.

Dans les années 60’ le Complexe du Château était devenu la base administrative et la base de vie d’une ferme étatique (PGR). A cette époque on construisit un bâtiment de service et une nouvelle étable. A partir de l’année 1988 la plupart des bâtiments restèrent inoccupés. Uniquement le bâtiment administratif servit de bureaux; quant à l’ancienne grange elle fut utilisée en partie comme court de tennis. La partie ajoutée au XIXème siècle, et qui donnait au complexe sa forme quadrilatérale, abrita pendant un moment le restaurant „Kasztelan”.

Le 31 mai 2000 le Complexe du Château fut racheté par Madame Krystyna et Monsieur Rajner Smolorz, qui décidèrent de commencer sa rénovation. Avec un souci extraordinaire et un engagement sans pareil ils entreprirent des actions et des investissements budgétivores dans le but de redonner sa splendeur passée au Château en ruine. Leur action s’étendit sur toute le Complexe comprenant l’ensemble des bâtiments ainsi que l’aménagement du terrain.